À l’approche des fêtes de fin d’année, les difficultés d’approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu’à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d’anticiper vos achats et de privilégier les ouvrages en stock (points verts).

Alsace, Rêver la province perdue (1871-1914)
EAN13
9782359063479
ISBN
978-2-35906-347-9
Éditeur
Lienart éditions
Date de publication
Collection
OUVRAGES THEMAT
Nombre de pages
271
Dimensions
25,6 x 23 x 2,8 cm
Poids
1406 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Alsace

Rêver la province perdue (1871-1914)

Lienart éditions

Ouvrages Themat

Offres

Au XIXe siècle, à l'instar d'autres régions françaises, l'Alsace suscite un certain engouement de la part d'artistes «montés à Paris», et qui par l'entremise d'une riche production paysagère ou régionaliste participent de la diffusion de l'image de la région.
À la suite de la guerre de 1870-1871, la perte de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine, puis l'effondrement du Second Empire, font de ce que l'on appelle désormais les «provinces perdues» un élément de cohésion nationale porté par la Troisième République naissante. Bouleversé en tant qu'Alsacien par cette perte, le peintre Jean-Jacques Henner prend une part active dans ce souvenir par l'entremise de son chef-d'oeuvre, "L'Alsace. Elle attend", commandé à l'initiative de l'épouse d'un industriel de Thann et offert à Léon Gambetta. Ce tableau, qui lui apporte la gloire, devient rapidement emblématique de la souffrance de l'Alsace, réelle, ou supposée. En effet, passées les réactions suscitées dans les mois qui suivent le traité de Francfort, le souvenir de l'Alsace tend à se figer, largement entretenu par les nombreux Alsaciens installés à Paris. Qu'ils y résident de longue date ou qu'ils aient «opté» pour la France en 1871, nombre d'entre eux nouent des liens de sociabilité dont l'importance culturelle, politique et économique est bien réelle. Une image idéalisée et stéréotypée, voire fantasmée, se diffuse largement dans toutes les couches de la société, sans plus nécessairement de lien avec la réalité de la province, désormais rattachée à l'Empire allemand. L'ouvrage interroge la construction et la diffusion de cette image des «provinces perdues» à travers des oeuvres présentées aux Salons, mais également à travers l'imagerie populaire.
S'identifier pour envoyer des commentaires.